mercredi 25 janvier 2017

Poème : La morsure de l'hiver




Je contemple cet hiver à travers ma fenêtre
Je ne ressens ni le froid ni la morsure de la faim
Inconsciente des dangers, que la nature fait naître

Ils subissent cet hiver, pourront-ils s’en remettre
Dans la rue et dans le froid, sans rêver au lendemain
Subissant les aléas d’une saison des plus traîtres

N’oublions pas mes amis, que nul n’est à l’abri
d’un revers de fortune ou d’une vie qui se détruit

Même si cette beauté me remplit d’admiration
Je ne peux pas occulter, toutes ces âmes si fragiles,
Qui espèrent trouver un toit, un repas, de l’émotion

Ne tournez pas le regard, la vie n’est pas toujours belle
S’effondrer n’est pas une tare, le parfait n’est pas humain
Tendez plutôt votre main, car l’entraide est éternelle

N’oublions pas mes amis, que nul n’est à l’abri
d’un revers de fortune ou d’une vie qui se détruit

Dyane 2017

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire