lundi 31 décembre 2012

Roman : Luna Manannan tome 2

Mon Tome 2 "Luna Manannan - les anneaux de la destinée"
est enfin en vente !!!



Voici son résumé :

Après avoir vaillamment lutté contre Abigail, un fantôme qui s’était emparé d’elle pour sauver son enfant, Luna échappe de peu à la mort. À son réveil, ses pouvoirs sont transcendés, et elle ne les maîtrise aucunement. Son couple sera menacé par un terrible jugement qui  imposera à Luna et Matthew, son âme sœur, de parfaire leurs connaissances auprès de leurs familles respectives. L’épreuve sera d'autant plus difficile qu'ils la vivront séparés. Une situation pénible et intolérable qui les affectera énormément. 
Dans cette nouvelle aventure, ils rencontreront un peuple magique, puis affronteront un ennemi redoutable, nommé Darlun. Un dangereux et séduisant sorcier, prêt à tout pour charmer la douce Luna, et lui ravir son cœur.

Visuel disponible sur google book 


Retrouvez le sur Bod
Sur  amazon
Sur Itunes
Sur Decitre
et bien d'autres encore
ou sur commande chez votre libraire habituel ! 


~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Et pour ceux qui n'ont pas encore lu le tome 1 vous pouvez le trouver ici :


Résumé :

Luna Manannan mène une existence paisible et tranquille à Rennes en Bretagne. Suite aux décès tragiques quasisimultanés de sa sœur, puis de son père, elle s'est créé une bulle, la protégeant du monde extérieur. Seule, sa mère la sort de son métier de dessinatrice et lui propose régulièrement de venir se ressourcer sur la côte d'Émeraude.

Mais sa vie si tranquille est menacée. Tout commence par des malaises. Son nouveau voisin Matthew, un séduisant individu d'une rare beauté et d'un charisme impressionnant, lui propose alors de l'aider. Cet homme mystérieux et secret la trouble intensément, mais que cache-t-il ? Est-il si inoffensif ?

Une chute et tout bascule... Afin de sauver sa vie, Luna commence une course effrénée parsemée d'embûches. Ses pas l’amènent dans un premier temps au cœur de la splendide forêt de Brocéliande, puis en Irlande sur la trace d'un meurtrier. Avec douleur, elle découvrira sa réelle identité, plongera dans un univers inconnu et... surnaturel. Pour parvenir à survivre, elle devra développer ses dons, mais le délai imparti lui en laissera-t-il le temps ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Mon livre est disponible sur les sites connus d'internet (amazon, priceminister, decitre...) mais aussi dans toutes les librairies (sur commande) en France et à l'étranger.

dimanche 30 décembre 2012

Roman : Argia


Comme vous le savez mon roman pour enfant "Argia" est en ligne et sur Google book !!!

Retrouvez le début de l'histoire en cliquant ici : Google book





Il est en vente
(cliquez sur les Noms pour aller directement sur le site où se trouve mon livre)





Voici le résumé :

Dylan, un jeune garçon de dix ans, n'a qu'une envie : devenir illusionniste !
Rêveur, enthousiaste, de la magie plein la tête, il est sur le point d'accomplir son rêve, car aujourd’hui il va se présenter devant sa classe, dans son costume de magicien !
Il ignore encore que ses tours de magie vont sceller sa destinée, celle de sa grande soeur Tya et de son meilleur ami Lorenzo.
Il va bientôt faire la rencontre d'un homme mystérieux qui le conduira aux portes du monde d'Argia et de sa cité Bakéa.
Un univers fantastique l'attend qui dépasse ses rêves les plus fous... et ses pires cauchemars.



jeudi 20 décembre 2012

Dessin : Dylan héros de Argia

Voici le héros de mon livre pour enfant dessiné par ma nièce Ilona :

Dessin : Luna par Yami

Bonjour, J'ai le grand plaisir de vous montrer la version colorisée de Luna faite par Yami avec sa nouvelle tablette graphique ♥
Merciiii à toi 

Retrouvez toutes ces créations ici :
http://yamisdrawing.jimdo.com/

mercredi 19 décembre 2012

Poème : L'envolée


Image prise ici :
http://ledroitnaturel.blogspot.fr/2010/04/limaginaire-entre-anges-et-demons.html

Image, imaginaire
Des mots sortis du lot,
D'une plume ou d'un stylo
Si extraordinaires

Magie d'un magicien,
Extrait d'un vieux grimoire,
Trouvé dans une armoire,
Dans un coffret ancien

Fée et sa féerie
Sorte de paradis,
Où le rêve resplendit
Où nul ne périt...

Belle ivresse d'un livre
Évasion éternelle
Interdimensionnelle
Dont les mondes vous enivrent

Dyane Décembre 2012

dimanche 16 décembre 2012

Poème : Juste un p'tit coin




Un p'tit coin dans la rue, 
Pour guérir de la vie,
Ces « gens » sur le parvis
Ne sont pas des intrus

Ils ont un cœur tout comme vous,
Respectez-les, un point c'est tout !

Un p'tit coin de trottoir,
Dans le noir, oublier
Cesser d'être humilié,
Fuir le purgatoire

Ils sont sensibles tout comme vous,
Regards fuyants, pires que tout !

Un p'tit coin dangereux,
Quand l'hiver les malmène,
Et le gel se ramène,
Mordant les valeureux...

Ils sont fragiles tout comme vous,
Soutenez-les, par-dessus tout ! 


Dyane

Poème : L'étoile d'hiver


L'étoile d'hiver

Image prise ici :
http://pamphletaire.blogspot.fr


La nature offre aux courageux
Un paysage merveilleux

Décors gelés, inanimés
La nature offre aux courageux

Ruisseaux figés, neige sacrée
Dans le silence blanc nacré
La nature offre aux courageux
Un paysage merveilleux

Dyane

jeudi 13 décembre 2012

Nouvelle : Juste une étincelle d'amour



Juste une étincelle d'amour



Il a huit ans et vit pauvrement, ses parents sont comme beaucoup, sans emploi. Ils se démènent pourtant, envoient des lettres, font des entretiens. De temps en temps, ils font des missions d’intérim, mais ce n’est jamais très long… Ses copains annoncent, les yeux brillants, tous les préparatifs qu’ils font pour Noël. Son meilleur ami a un magnifique sapin, les guirlandes scintillent et sont ornées d’étoiles qui se reflètent sur le mur de leur salle à manger. Une belle crèche est illuminée par de toutes petites lumières qui clignotent.


Lui n’a pas tout cela et rentre penaud chez lui, un gros nœud dans la gorge. Sa mère lui sourit et lui offre un sablé de Noël qu’elle vient de cuisiner. Elle lui cache les yeux et l’emmène dans le salon. Un minuscule sapin l’attend, rien à voir avec celui de son copain ! Sa mère est tellement ravie qu’elle rit en lui disant qu’ils vont le décorer ensemble. Alors, il lui rend son sourire. Il découpe dans du papier crépon leurs futures guirlandes et se prête au jeu. Finalement c’est assez drôle. Puis ils ornent les pièces avec des bougies, de la mousse et du houx...

Désormais, leur maison est merveilleuse. Ils font de splendides dessins pour mettre aux fenêtres. Quand il aperçoit son père qui rentre, il redresse la tête. Il distingue un objet dans ses mains... c'est une jolie cabane en bois qu’il a fabriqué de ses mains, c’est leur crèche. À l’intérieur de toutes petites figurines y trônent en bonne place. Il le prend dans ses bras et lui déclare fièrement.
— J’ai fait ça pour toi mon bonhomme.
— Merci papa ! C’est la plus belle crèche du monde !
Une larme coule sur sa joue, il culpabilise d’avoir envié son copain. Il a les meilleurs parents de l'univers ! Et cela, il ne l’échangerait contre aucun sapin !

Un jour, alors qu’il est couché, il entend ses parents, attristés, ils n’ont pas assez d’argent pour les cadeaux de Noël. Il descend :
— Vous savez... je n’ai pas besoin de présents, je ne veux pas que vous soyez malheureux. Je vous aime !
Ils s’étreignent fortement et sa maman, murmure :
— Mon petit garçon qui grandit trop vite.

Il leur fait en secret, une carte où il met tout mon amour et un père Noël qu’il confectionne avec du carton, du coton et de la peinture.

Puis vient le soir de Noël, sa maman a préparé un bon repas. Les bougies sont allumées et cela embaume la pièce. Ils rient tous d’être ensemble. Son père a trouvé un boulot pour trois mois et sa mère aide la boulangère pour les fêtes. Ils attendent tous minuit avec impatience et quand l’église sonne douze coups, son papa l’emmène vers le sapin et il aperçoit un cadeau. Il l’ouvre et découvre un livre magnifique qui parle de magie. Ils les embrassent et les remercient. Il n’aura pas sa console de jeu, mais il est aimé et c’est le plus important. Ses parents sont émus de son présent et le félicitent. Ils sont si fiers de lui !
Quand il se couche, il serre précieusement ce livre qui contient des paroles si touchantes. « De la part de maman et papa qui t’aiment tendrement ». Il s’endort enfin épuisé.

L’histoire pourrait se terminer ainsi, car l’amour est le plus beau des cadeaux, mais j’apprécie la féerie de ce jour particulier et j’ai voulu rajouter ceci…

Un personnage se glisse lentement dans cette demeure faite d’amour et de tendresse. Il dépose des cadeaux au pied de ce magnifique sapin. Au matin, quand tous se réveillent ils trouvent ébahis ces trésors… Une console de jeu, un panier rempli de nourriture et une lettre dans laquelle il y a écrit :
— Vous avez compris ce qu’est l’esprit de Noël, vous avez su allumer l’étincelle qui a permis que je puisse venir vous voir… Toute votre vie, conservez cela !

Papa observe maman, secoue la tête, il n’en croit pas ses yeux. Il finit par éclater de rire et nous en faisons de même.
Dehors un homme regarde à la fenêtre, un sourire aux lèvres… Il cligne de l’œil et disparaît. Sa mission est achevée pour cette nuit…

Joyeux Noël à vous !

Dyane

samedi 8 décembre 2012

Nouvelle : Redoutable étreinte




Redoutable étreinte

C'est un redoutable prédateur, il chasse ses victimes dans un mélange d'adrénaline et d'excitation. Son regard mystérieux fouille maints endroits dans cette foule bigarrée et se fixe sans jamais s'attarder, par touches subtiles sur la gent féminine ou sur une probable proie, sans défense, si fragile. Qui sera la prochaine à répondre à ses avances ciblées et à s'extasier devant cet Adonis ? 

Le « gentilhomme » distingué enjôle par sa plastique, ses traits avantageux, sa chevelure châtain, ses charmantes fossettes et ses yeux sombres, insondables. Il domine les femmes par sa haute stature. Sa démarche féline lui permet une approche discrète qui surprend et séduit tout à la fois. Cavalier accompli, ses valses se transforment en tourbillons de grâce et de plaisir, en moments sublimés à vous faire perdre la tête !

Quand il apparaît, les divines créatures, au caractère changeant, aux courbes avenantes... inoffensives et vulnérables, provocantes ou tentatrices, demeurent sans voix. Il dissémine, de-ci, de-là, un sourire ravageur, un clin d’œil complice. Les demoiselles, succombent en masse, se pâment et se bataillent les faveurs d'Apollon. 

La prochaine « élue » ignore à quoi elle s'expose, elle ne lutte pas contre le charisme de l'ensorceleur et s'offre sans compter. La danse s'éternise, les mots taquins cèdent progressivement la place à d'inoubliables baisers, prémisses à une soirée... torride. Le traqueur la mène, patiemment, vers la soumission la plus totale. Alors, éperdue et comblée, elle n'oppose plus aucune résistance et le suit vers l'alcôve de son choix. C'est un terrible envoûteur, ses caresses sont velours, sa voix est amour. Dans ses bras elle frémit, quand il effleure son corps, là... là... ou là... sous ses mains, elle périt. 

La belle, ainsi conquise, se donne encore et encore ! D'une simple étincelle, elle devient un brasier, une tornade de feu. Elle s'envole au-delà de ses rêves les plus fous. La nuit, ô combien irréelle, s'étire, se joue du temps ! Les soupirs égrainent une symphonie fantastique, et ce musicien né tire profit de chacune de ses notes... Ces tendres intermèdes se terminent lorsque la lune faiblit et que l'horizon rougeoie.

Là, au petit matin, ne le cherchez point, car Don Juan s’évanouit, laissant dans vos draps froissés, un parfum boisé, des souvenirs enflammés. Une perle de rosée coulera sur la joue de la dulcinée... son amant passionné, à l'aube, s'est volatilisé...

Dyane 

lundi 26 novembre 2012

Séance de dédicace du 24 Novembre

Ma séance de dédicace du 24 Novembre s'est très bien déroulée et je remercie tout particulièrement toute l'équipe de l'espace culturel Leclerc Saint-Grégoire pour leur merveilleux accueil et leur gentillesse !





mercredi 31 octobre 2012

Photo : Promenade à Paimpont

Entre bois et magie... 


L'abbaye de Paimpont se révèle...


Champignons éclatants

L'abbaye resplendit 



Et le ciel rougeoit...


Des promeneurs se font créateurs et j'en profite pour immortaliser ce chef d'oeuvre :)



Et les arbres s'offrent à l'objectif ♥




Les chemins révèlent bien des splendeurs


vendredi 26 octobre 2012

Dessin de Luna Manannan par Yami

Je vous présente avec émotion, un superbe croquis de mon héroïne, réalisé par Yami, une artiste formidable et pleine de talent ♥
Merci à toi Yami !


Retrouvez là sur son blog ici :
http://yamisdrawing.jimdo.com/

jeudi 25 octobre 2012

Nouvelle : "Ils ne devaient pas s'aimer"






Une anthologie qui porte sur le thème :
« Ils ne devaient pas s'aimer ». 
Dix auteurs ont été sélectionnés et j'ai la grande joie de figurer dans ce recueil magnifique. Merci à toute l'équipe de
Val Sombre

Illustration de Sylvie Veyres, Miesis illustration :
http://www.miesis.com/

De tout temps, et en tous lieux, l'Amour fait des ravages. Mais quand il devient impossible, les passions se déchaînent, que l'on soit vampire, sorcière, princesse, garou ou simple mortel, il est difficile de résister à l'attrait envoûtant d'un amour interdit.

S'ils ne devaient pas s'aimer, il est peut-être déjà trop tard...


Cliquez sur la bannière pour vous rendre sur le site !

samedi 13 octobre 2012

Sarah


Voici une nouvelle que j'avais écrit il y a bien longtemps et que j'ai retravaillé:
Image prise ici :

http://gezabelle01.centerblog.net/rub-les-femmes--4.html?ii=1#



Sarah


Elle s’appelle Sarah et vit dans la rue. C’est une « clocharde » tout à fait adorable, un sourire aux lèvres et du rêve plein la tête. Ses traits si fins sont las de cette vie trop austère. Elle était certes d’une grande beauté, mais les épreuves et les années ont froissé cette peau de fée. Elle resserre le col d'un manteau élimé et frissonne de froid. Elle se tourne vers la mer, envoûtante et magnifique, cette immensité lui procure tant de sérénité et de plaisir. Parfois azur, parfois ténébreuse, mais toujours fascinante. Des souvenirs affleurent et remontent doucement...

Elle se remémore ses années où elle brillait dans la société. Certains la qualifiaient d’intellectuelle, la lecture pour seul horizon, comme un appel vers le savoir et la connaissance. Un jour, elle a cru trouver l’amour… Un merveilleux célibataire, passionné de danse et de musique. Un univers jusqu’alors inconnu pour elle. Il jouait de la harpe et dansait le Habanera comme personne. Le jour de son anniversaire, il lui avait offert comme symbole de son amour, un coupé de toute beauté. Elle se rappelle avec quelle aisance elle la conduisait. Avant, elle aimait ce luxe, ce besoin de posséder. Elle n’avait pas compris que tout cela était superficiel et même la passion de cet homme était une arnaque pour mieux la séduire. Cet horrible manipulateur était sournois et cherchait à obtenir la majorité de ses actions dans la société. À l’époque, elle était juste une esclave de l'amour qui tentait comme elle le pouvait d’attirer son attention. Elle désirait être cajolée, et usait de tout ce qu'elle avait en sa possession pour y parvenir. Elle se souvient comme si c’était hier comment cela a fini… Ce soir-là elle avait gainé ses gambettes de jolis bas pour le séduire, revêtue une magnifique robe en soie et accrochée son pendentif en tourmaline où un bel hippocampe s’y enroulait. Une touche de parfum et elle se dirigea vers lui. Il feuilletait une bande dessinée. Il releva à peine la tête quand elle s'approcha. Elle rit de son air de petit garçon passionné par sa lecture, ce qui provoqua sa colère. Elle ne l’avait jamais vu de si méchante humeur et son absence d’humour la cloua sur place. Le ton monta rapidement et elle ouvrit les yeux pour la première fois. Tel un souffleur sur une scène de théâtre, il lui permit de donner des répliques qu’elle aurait dû prononcer il y a bien longtemps. 
L’amour est aveugle dit on, le sien oui en tout cas. Elle partit marcher toute chamboulée, pour tout analyser : sa passion était un simulacre…

Il avait profité de son innocence, mais avec le recul elle savait qu’il n’était pas le seul. Elle lui offrit ce qu’il désirait plus que tout : son argent. Elle abandonna tout : le luxe, sa fierté, ses passions et retourna dans sa chère Bretagne. Sa décision était irréversible, elle ne voulait plus avoir à faire avec la société et s’en exclut volontairement. L'hypocrisie l'avait détruite, son cœur était en mille morceaux. Il lui fallut beaucoup d'années pour se reconstruire...

Elle revient doucement aux présents, des hommes qui sortent d’un café et titubent. Elle les observe tandis qu’ils s’avancent vers elle. Quel dommage de passer sa vie à boire pour se soustraire à je ne sais quel fantôme ! Elle a compris depuis longtemps que la douleur doit s'affronter plutôt que de chercher à l'enfouir, car celle-ci afflue avec encore plus de force et de vigueur !Un sourire fugitif effleure ses lèvres émaciées, la douceur de son regard reflète toute la sagesse qu’elle a accumulée au cours de ses années de solitude. Les énergumènes qui s’approchent d’elle, semblent vouloir la tourmenter et la couvrent de mots pleins d’animalité. Son émotion est palpable, elle ne demande rien à personne et désire juste passer son chemin. Elle s'écarte pour éviter d’entendre les calomnies qu’ils profèrent à son sujet. Les émanations d’alcool l’écœurent et elle baisse les yeux pour ne pas provoquer ses potomanes.

Un couple la frôle avec sa progéniture, mais fuit le regard de la malheureuse qui lance un appel désespéré pour se sortir de cette mauvaise passe. Elle perçoit la joie des enfants à l’arrivée de Saint-Nicolas qui déambule dans les rues du centre-ville. 

Un des deux hommes la bouscule et il rit quand elle trébuche. L’autre lui fait un croche-pied et elle sent une vive douleur irradier son être. Sa tête a heurté le sol et elle perd connaissance. La souffrance cesse progressivement et laisse place à une sorte de torpeur très agréable, une immense lumière l’accueille et un atoll de verdure se déroule sous ses pieds. Un jeune homme lui tend la main et lui murmure des paroles rassurantes. Elle regarde son corps étendu à terre et les badauds qui se précipitent pour voir cette découverte macabre. Une douce chaleur irradie de la paume qui se presse contre la sienne. Son nouvel ami lui fait comprendre que désormais elle n’est plus seule. Elle suit, confiante, ce bel inconnu, dont la générosité transparaît dans ses traits si purs, vers un avenir qui ne peut être que meilleur, vers un monde qui ne peut-être que plus tendre…

Dyane

dimanche 7 octobre 2012

Poème : Salut L'artiste

Je tiens à vous faire découvrir une artiste dont j'admire le talent ♥ Elisabeth Kalinowski ♥
Retrouvez là sur sa page Facebook ici :
https://www.facebook.com/LizDouceFolie?notif_t=fbpage_fan_invite





Salut L'artiste

Il chante avec son cœur, il vibre avec son âme,
Sa passion est en lui, magique et éternelle,
Fredonnez avec lui, sublime ritournelle,
Son public est conquis, il se pâme et se damne,

Son monde est dans la plainte, d'une corde pincée,
D'une touche frappée, d'un archet enflammé,
Les choristes reprennent, un refrain réclamé,
Il chante avec douceur, un amour adressé

Et l'élue de son cœur n'est autre qu'une muse,
L'inspirant à son gré, amante passionnée,
Chanteur possédé, artiste déchiré,
Qui s'enflamme en créant, se donne et se refuse...

Dyane octobre 2012

Poème : Une touche d'amour



Une touche d'amour
Image prise ici :
http://browse.deviantart.com/?order=9&q=fairie+and+angel&offset=216#/d4rxb9a

Danseuse de la vie, tourbillonne et sourit,
Petit ange ravit, autour de son amie
Elle offre sans compter, et son cœur frémis
Quand le bonheur paraît, sur un visage aigri.

Petit ange ravit, autour de son amie
Se pose doucement, l'observe longuement,
De sa baguette bleue, elle dose savamment,
Et les cœurs détruis sont bien vite remis.

Elle offre sans compter, et son cœur frémis,
Quand le bonheur surgit, de ses incantations
Son âme se nourrit, de bonnes intentions
De rires spontanés, d'amitiés affermies.

Quand le bonheur paraît, sur un visage aigri
Sa générosité s'en voit récompensée,
Rayonnante d'amour, elle offre ses pensées,
À son fidèle ami qui lui a tout appris...

Dyane octobre 2012

vendredi 31 août 2012

Poème : L'étincelle



Image prise ici :
http://unpeudebonheur.centerblog.net/1377770-Prieres-aux-fees


L'étincelle

Implosion, explosion, et le feu se déchaîne,
De scission en fusion, une forme se créée, 
Incendies démentiels, éléments massacrés,
La lave se durcit, jusqu'à la fois prochaine...

Une terre aride, sans personne à aimer,
Malmenée constamment, toujours remaniée,
Un visage bien triste Ô combien résigné
Nulle larme à couler, un chagrin réprimé,

Puis un jour la venue, d'une belle merveille,
Une goutte, puis deux, torrents démentiels,
Eau pure et précieuse, descendant du ciel,
Car enfin la planète un matin se réveille,

Un air sain se répand, nature devient féconde,
La vie prends son envol, les espèces varient,
Et le souffle apaisé, cette mère sourit
Berce tous ses enfants, très rarement les gronde...

Dyane août 2012

dimanche 26 août 2012

Poème : Juste un pas sur le côté


Image prise ici :
http://romanceetamitiee.centerblog.net/6569955-paysages

Juste un pas sur le côté

Les pieds nus sur le sable, mes pensées loin s'évadent,
Le parfum doux du vent est taquin envoûtant,
Tel un prince charmant, il m'emmène hors du temps,
Dans des mondes étranges, aux superbes balades

L'océan ténébreux et si mystérieux
Tends la main et m'invite à le suivre en des lieux
Inconnus et sauvages qui rejoignent les cieux.
Un besoin d'aventures, désir impérieux...

Et je ferme les yeux, puis survole en pensée
Cette masse mouvante aux variantes saphir,
Je danse un slow léger avec le roi Zéphyr
qui me pose en douceur dans un lieu insensé !

Des fleurs multicolores, oiseaux de paradis
Une végétation riche et luxuriante,
Orchidées bigarrées, délicieuses, odorantes
De superbes félins dont la grâce me séduit...

Mes paupières s'entrouvrent, mon rêve s'évanouit...
Mais l'océan ému me fredonne sans cesse
de ne pas m'éveiller, dans une tendre caresse !
D’admirer la planète, aux trésors inouïs...

Dyane Août 2012


jeudi 23 août 2012

Roman : Anthologie "Ils ne devaient pas s'aimer"


Encore une superbe critique de cette Anthologie dont j'ai l'honneur de faire partie. 

Voici la critique de ma nouvelle :
« Le mirage d’une vie rêvée » : Pauline va découvrir l’amour dans un monde parallèle mais prise de peur, elle s’enfuit du rêve…Trouvera-t-elle le bonheur dans notre monde bien réel mais si froid ou regrettera-t-elle ardemment celui qu’elle a abandonné ? Une magnifique histoire d’amour qui traverse les frontières…

Merci aux chroniques de Madoka :)






Une anthologie qui porte sur le thème :
« Ils ne devaient pas s'aimer ». 
Dix auteurs ont été sélectionnés et j'ai la grande joie de figurer dans ce recueil magnifique. Merci à toute l'équipe de
Val Sombre

Illustration de Sylvie Veyres, Miesis illustration :
http://www.miesis.com/

De tout temps, et en tous lieux, l'Amour fait des ravages. Mais quand il devient impossible, les passions se déchaînent, que l'on soit vampire, sorcière, princesse, garou ou simple mortel, il est difficile de résister à l'attrait envoûtant d'un amour interdit.

S'ils ne devaient pas s'aimer, il est peut-être déjà trop tard...


Cliquez sur la bannière pour vous rendre sur le site !

samedi 18 août 2012

Poème : Vers la lumière

Image prise ici : 
http://yogi.centerblog.net/8243-ange-de-arc-en-ciel


Vers la lumière

À quoi bon les regrets, ils ne sont qu'amertume,
Entre les interstices, des courants, des tensions,
Apprends à te pauser, une fois n'est pas coutume !
Et, sans ostentation, offre tes émotions. 

Un geste, une attention, et le gris tu épures,
Un instant accordé, dans ce monde de stress,
Échanges, et doux partages, dons précieux d'âmes pures,
Et l'inconnu touché ralentit sa vitesse.

Tourne enfin ce chapitre, oublie ce monde triste,
Prends ton plus beau pinceau, c'est de très bon augure !
Partage un arc en ciel, redeviens optimiste,
Et vois un festival colorer les figures...

Dyane août 2012

mercredi 15 août 2012

Nouvelle : Tic Tac



Tic Tac

Alice fixait la pendule qui semblait figée, immobile. Le doux ronronnement des aiguilles est dépassé, les horloges sont remplacées par le numérique. La journée qui précédait son départ n'en finissait pas de s'éterniser et de s'étirer en longueur. Comme par hasard, les problèmes arrivaient toujours au dernier moment. Le stress augmentait son irritation, ses joues s'empourpraient par le rythme intense et la chaleur moite de ce mois d'août.
Quand enfin elle quitta son bureau, elle se précipita vers son appartement afin de prendre une bonne douche et terminer les derniers préparatifs. Son téléphone sonna et c'est avec le sourire qu'elle répondit à sa meilleure amie. Elle s'empressa de la rassurer et de lui assurer que demain elle serait enfin réunie, sur sa terrasse, pour profiter face au soleil d'un bon petit déjeuner provençal. Le doux bruit des grillons ne tarderait pas et elles plongeraient avec délice dans sa piscine ! C'est en riant qu'elle raccrocha et après une courte sieste, elle prit ses clefs de voiture. Elle adorait conduire et douze heures de route ne lui faisaient pas peur !



Seulement... Seulement, elle n'était pas seule sur cet asphalte noir ! Après sa deuxième pause, et malgré une bonne dose de café, son cou l'alertait. Alors qu'elle se massait la nuque, en clignant des yeux, un conducteur plus pressé que les autres, la doubla par la droite. Surprise, elle eut un geste excessif... trop fatiguée pour rétablir le contrôle du véhicule, retrouver les bons réflexes, elle percuta la rambarde et rebondit sur cet impudent. Après deux ou trois tonneaux, sa petite voiture fut violemment projeté sur un autre véhicule. Alice vit toute la scène se dérouler au ralenti en hurlant d’effroi. Les aiguilles ralentirent et finirent par s'arrêter... Définitivement pour elle !

Alice ne verra pas son amie à cause de petits détails si insignifiants ! 

Prenez garde à bien vous reposer et à effectuer des pauses régulières, à respecter la réglementation, une vie est si fragile et vous n'êtes pas seuls sur la route !

samedi 11 août 2012

Poème : Étendue sur le sol


Défi : sur l'image ci-dessous, créer un poème :


Première version :

Étendue sur le sol
Carrelage froid et dur,
Quelle drôle de posture,
Tout cela pour un vol !

Quelle sensation étrange,
De contempler son corps,
Qui laisse place à la mort,
Cette pensée me dérange,

Et pourtant je revis,
Légère et épanouie,
Je m'envole et oublie,
Cette vie de soucis...

-------------------------------------------------------
Deuxième version :

Étendue sur le sol
Carrelage froid et dur,
Quelle drôle de posture,
Tout cela pour un vol !

Mes membres s'engourdissent,
Quelle douce torpeur,
Une sieste avant l'heure,
Imprévue quel délice,

La pose s'éternise,
Et deviens un tourment,
Je bouge inconsciemment,
Car je me tétanise,

Entrouvre un œil prudent,
Et entends aussitôt,
« Coupez » sur le plateau,
Puis desserre les dents,

Mon métier est actrice !
Je joue bien les victimes,
Vous pensiez à un crime ?
Me croyiez au supplice ?

Alors j'ai tout gagné,
Vous voilà bien piégés,
Et cela sur papier,
Un texte improvisé ! 

Dyane Août 2012

mardi 7 août 2012

Poème : Petite Ondine Pure

Petite Ondine Pure



Image prise ici :
http://fandeloup.centerblog.net/rub-papillons--4.html#


Petite Ondine pure
Pure, née d'une source,
Source de toute vie,
Vie qui coule et s’immisce,
S'immisce, glisse et serpente,
Serpente et puis se fond,
Se fond devient torrent,
Torrent sourd et violent,
Violent et fascinant,
Fascinante fusion,
Fusion vers un ruisseau,
Ruisseau doux et chantant,
Chantant en poursuivant,
Poursuivant un chemin,
Chemin semé d'embûches,
Embûches détournées,
Détournées vers un fleuve,
Fleuve immense et pourtant,
Pourtant la goutte poursuit,
Poursuit son long voyage,
Voyage où elle rejoint,
Rejoint un océan,
Océan abreuvant,
Abreuvant la planète,
Planète recouverte,
Recouverte de gouttes,
Gouttes pourtant petites,
Petites Ondine pure...

Dyane juillet 2012