jeudi 30 juin 2011

Poème : Bretagne tu es belle



Ma terre, un joyau de couleur,

Elle demeure indomptable, sauvage,


La mer émeraude, pleine de douceur,

Change de visage quand vient l’orage,

De grosses vagues sous les nuages,

Emportent tout, même les pêcheurs,


Ma terre, un joyau de couleur,

Elle demeure indomptable, sauvage,


Une terre riche pleine de bonheur

Des landes arides, beaux paysages,

Champs magnifiques, grand pâturage,

Tout pour ravir le voyageur,


Ma terre, un joyau de couleur,

Elle demeure indomptable, sauvage,


Forêts immenses, lutins farceurs,

Elfes taquins, fées souvent sage,

Gnomes malicieux, Trolls sans âge

Merlin bien-sûr, grand enchanteur !


Ma terre, un joyau de couleur,

Elle demeure indomptable, sauvage,


Plages secrètes, rochers affleurent,

Découvrez-les avec courage

Elles sont si belles que ce passage

Sera gravé dans votre cœur


Ma terre, un joyau de couleur,

Elle demeure indomptable, sauvage,


Dyane 16 juin 2011

mercredi 29 juin 2011

Poème : Tout me rappelle à toi








Avancer et sourire,
Ne pas montrer ma peine,
Cacher ce cœur qui saigne,
Retenir les soupirs

Tout me rappelle à toi,
Tu n’avais pas le droit,

Masquer mes émotions
Pour enfin avancer
Essayer d’oublier
Cette affreuse punition

Tout me rappelle à toi,
Admettre, mais pourquoi ?

Comment puis-je accepter
Le vide ainsi créé
Je désire t’aimer
Te sentir, te toucher

Tout me rappelle à toi,
Augmente mon désarroi

Avancer et sourire,
Une page est tournée,
Ce beau livre est fermé,
Souvenirs écorchés

A jamais avec toi
Une part de moi en toi 

Dyane 29 juin 2011

mardi 28 juin 2011

Poème : Le vieil homme et l'enfant



Il est là dans la rue,
Le vieillard qu’on ignore,
On se moque de son sort,
Il est sale et il pue,

Pourtant, dans son regard, l’amour est si présent
Il a un cœur d’or, mais personne ne l’entend

Il vit avec les rats,
Solitude et tristesse,
Plus jamais de tendresse,
Ils sont là les ingrats,

Pourtant, dans son malheur, il sourit aux passants,
Sort son harmonica, joue un air entrainant

Ses cheveux sont bien sales,
Il n’a plus de maison,
Sa faim est obsession,
Ce n’est qu’un animal

Pourtant, il a une âme, si pure qu’elle éblouie
Il est bon, généreux, il vous fixe attendri

Un jour à un carrefour,
Un enfant prend le temps,
Il lui saisit son gant
Lui adresse le bonjour

Le vieil homme pleure de joie,
Redeviens un humain,
Car ce petit bambin
Lui donne de l’émoi

Cette rencontre est immense, une belle amitié,
Le vieil homme et l’enfant, ils se sont retrouvés

L’enfant est souvent seul
Abandonné de tous
Souvent dans les remous
Il apprécie l’aïeul

De son sac il sort, une photographie,
Lui raconte ses journées et comment il s’instruit,

Le vieil homme et l’enfant,
Sont étrangement liés
Sur une marche ébréchée
Ils se retrouvent souvent

Le sourire de l’ancien, la tendresse du garçon
Le dédain des gens "bien" et leur cœur de glaçon

Si un jour vous passez,
Près d’un vieil homme usé
Essayez de penser,
A juste le saluer


Dyane 15 juin 2011

samedi 25 juin 2011

Poème : J'ai rêvé de l'infini


J’ai rêvé de l’infini
Des étoiles dans la nuit
Et la lune qui luit
Tendrement elle sourit

Elle veille toute attendrie
Sur ce monde endormi
Il se croit tout permis
Pourtant n’a rien compris

Ouvre ton cœur l’ami
Apprends la féérie
Respecte la magie
Elle est partout ici

Dans la fleur épanouie,
Sur l’enfant qui souri,
Dans l’amour qui grandit,
Au pardon d’un ennemi

J’ai rêvé de l’infini
Dans mon âme j’ai acquis
Une science de la vie
Une sagesse embellie

Dyane le 15 juin 2011

mercredi 22 juin 2011

Un retour en arrière ...



Un retour en arrière,
Une avancée vers toi,
Dépasser les barrières,
Et te tendre les bras

Des souvenirs intenses
Un retour en arrière
Qui pallie et compense
Ce mur, cette frontière,

Repenser à hier
Comme un album photo
Un retour en arrière
Pour te voir à nouveau

Ne jamais oublier
Recouvrer la lumière
À jamais te garder
Un retour en arrière…


Dyane 21 juin 2011

mardi 21 juin 2011

Poème : La mère et la mer





J’admire les flots, ils se balancent
Bercent mon âme, me rendent heureux,
Sur cette mer, naviguent et dansent,
De beaux marins, bien vigoureux


Belle atmosphère, douce chimère,
De terres lointaines, de rêves d’enfants,
Pourtant à quai, restent des mères,
Femmes éperdues, prient un instant


Avec angoisse, elles songent amères
A ces tempêtes, à ces orages,
A la venue de Monsieur l’maire,
A son air triste qui décourage


Je rends hommage, à tous ces hommes,
Qui prennent la mer par tous les temps,
J'admire autant toutes ces mamans,
Qui pensent tant à leur p’tits mômes.


Dyane 13 juin 2011

samedi 18 juin 2011

Bel été où es-tu ?



Je l’attends, je l’attends,
Impatiemment, ardemment 
Je songe à ses rayons ardents,
A de magnifiques soleils couchants

Bel été où es-tu ?
Je rêve de courir pieds nus,
De croquer de bons fruits bien crus
De danser à moitié dévêtue

Respirer l’air iodé
Visiter de belles contrées,
S’instruire, s’amuser, s’extasier
Immortaliser, photographier

Du ciel bleu sans nuages,
Des fous rires dans les bagages
Ne pas oublier le bronzage
Pour achever ce très beau voyage

Rentrer dépaysée
Retrouver son doux foyer
Puis achever ce bel été
Sur la terrasse bien ensoleillée

Dyane 05/06/11

vendredi 17 juin 2011

Poème : Un pas de danse sur le côté


Un pas de danse sur le côté
Je pense tant à toi maman,
Dans les yeux sombres de mes enfants,
Et dans leurs rires pleins de gaité

Je pense tant à toi maman,
Je suis le sable sans la plage
Et je m’échoue plein de nuage,
Comme une mer sans plus d’élan

Je suis le sable sans la plage,
Les mouettes ont quitté le rivage,
Tel un voilier, je fais naufrage,
Et je me noie, me décourage,

Les mouettes ont quitté le rivage,
Pour s’envoler beaucoup plus haut,
Et te confier ce petit mot,
Te dessiner cette brève image,

Pour s’envoler beaucoup plus haut,
Et te confier ce grand chagrin,
Te dire qu’au petit matin,
Je relève la tête sans un mot,

Et te confier ce grand chagrin,
Parce que si je suis seule sans toi,
J’ai ma famille et un bon toit,
Je veille sur elle, J’en prends soin

Parce que si je suis seule sans toi,
Trois beaux enfants et un mari,
Comptent sur moi et je souri, 
Comptent sur moi, me tendent les bras.

Dyane 15 juin 2011

mercredi 15 juin 2011

Poème : Ouvre toi aux secrets



Regarde-bien mes yeux
Car je compte t’emmener dans un pays merveilleux
Concentre-toi sur moi
La confiance s’acquière, très doucement pas à pas

Sur ce chemin découvre-toi, Saches enfin qui tu es
Sur ce sentier efface-toi, ouvre-toi aux secrets

Adieu superficiel
Réveille tous tes sens et reviens à l’essentiel
Telle à la chrysalide
Deviens le papillon, envole-toi je te guide

Sur ce chemin découvre-toi, Sache enfin qui tu es
Sur ce sentier efface-toi, ouvre-toi aux secrets

Ton âme est à l’affut,
De s’extraire, de partir, de ce corps trop exigu
Prisonnière elle survit, 
Libérée, transcendée, elle rayonne, elle revit 

Sur ce chemin découvre-toi, Sache enfin qui tu es
Sur ce sentier efface-toi, ouvre-toi aux secrets

Et la nuit n’est plus nuit,
Les couleurs sont si intenses, tu t’en trouves épanouie
Et le jour n’est plus jour,
La lumière tamisée, adoucie les alentours

Sur ce chemin découvre-toi, Sache enfin qui tu es
Sur ce sentier efface-toi, ouvre-toi aux secrets

Plus aucune douleur,
Dissipés les malheurs, évaporées toutes les peurs
A présent très serein,
Ton esprit se promène, dans ce magnifique jardin 

Sur ce chemin la vie enfin, à nouveau tu es prêt
Sur ce sentier de la beauté, tu connais le secret

Dyane 19/05/11

mercredi 8 juin 2011

Poème : Une étincelle de toi



Moi je vis en souffrance
Les pensées qui affleurent
Alimentent mes peurs
Et les rends plus intenses


Les pensées qui affleurent 
Source de mes grands tourments
Plus rien n’est comme avant
Je tends vers le néant


Source de mes grands tourments
La peine qui est présente
La peine qui est latente
Tu me manques tellement


La peine qui est présente
Empêche les souvenirs 
Et tarde à revenir
Intensément Absente




Empêche les souvenirs
De nos si doux moments
Mais garde bien présent
Le grand vide à venir


De nos si doux moments
Reflète le présent 
A présent une maman
Je console mes enfants


Reflète le présent
Une étincelle de toi
Brille au fin fond de moi
Et dans tes descendants


Une étincelle de toi
Magie d’un bel amour
A jamais pour toujours
Maman je pense à toi


Dyane 5/06/11


samedi 4 juin 2011

Poème : Je voudrais de toi rêver

Je voudrais te toi rêver,
Te savoir libérée, soulagée
Ne plus jamais te toucher,
Comment l’envisager ? Le penser ?


Et j’ai déjà tant perdue,
A présent orpheline, séparée,
D’un père et d’une mère envolée,
Je me sens si abattue


Je voudrais de toi rêver,
Te revoir sourire, plaisanter,
Ne plus jamais s’embrasser,
Comment l’envisager, Le penser ?


A jamais mes pensées
Se tournerons vers les souvenirs,
Des tendresses, des rires et des délires,
Que nous avons partagés


Je voudrais de toi rêver,
Te savoir heureuse et entourée,
Ne plus jamais te parler,
Te serrer, Comment l’imaginer ?


Dyane 1/06/11

jeudi 2 juin 2011

Poème : Ensemble




Mon amour est à toi
Pour la vie, pour l’éternité
C’est avec grand émoi
Que je te dis cette vérité

Tu es celle qui m’a tout donnée,
Tendresse, amour, joie partagée

Maman je pense à toi
Pour la vie, pour l’éternité
Ton amour est en moi,
Je voudrais tant t’aider

Ensemble, on a tout partagé
Et tu m’as souvent consolée

Un retour en arrière
Quelques douces pensées
Un zeste de lumière
Dans mon cœur déchiré

Tu es celle qui m’a tout donnée,
Tendresse, amour, joie partagée

Chaque jour, présente
Dans mes rires d’enfants
Comblant toutes mes attentes
Maman je t’aime tant

Ensemble, on a tout partagé
On s’est tant amusées

Dyane 18/05/11