dimanche 27 février 2011

L'hiver est un sommeil



L'hiver est un sommeil des plantes et de la terre,
La planète se ressource et sans en avoir l'air,
Nous offre à son réveil milles douceurs et merveilles,

L'hiver est un beau rêve et pour le savourer,

Projettes-toi plus loin, au printemps, à l'été,
Aux premières chaleurs, au soleil printanier.

Sous son manteau de gel, se cache des senteurs

L'herbe grasse est bien verte, les bourgeons sont en fleurs,
Les trésors à venir, te mettent du baume au cœur !

L'hiver est une esquisse des fous rires à venir,

Des piques niques en famille, de tes futurs désir,
Projettes-toi en avant, profite de l'avenir !


Dyane

mercredi 23 février 2011

Poème : L'enchanteur



7 ans ce n'est pas rien,
Toi et ton sourire enchanteur,
Ta merveilleuse bonne humeur,
Tu as conquit les tiens.

Sous ta jolie frimousse,
Se cache un cœur tendre et si fou,
Tu viens déposer sur ma joue,
des caresses si douces.

Tu es mon enfant, mon trésor,
La joie de vivre au cœur d'or !

Dyane


dimanche 20 février 2011

Défi Poème : "Si j'étais un homme"




Si j’étais née en homme,
J’écumerai les mers,
Visiterai les terres,
Pour toi que l’on surnomme
Ma moitié, mon âme sœur,
Ma vie, ma destinée,
L’éveil de mon cœur,
L’objet de mes pensées

Laisse-moi te prouver que nos âmes sont liées,
Réchauffe-toi dans mes bras et confies-toi à moi

Si en homme j’étais née,
Je passerai ma vie,
A combler toutes tes nuits,
Et te faire rêver
D’un monde merveilleux
Où l’amour est de feu,
Passionnés mais heureux,
D’être enfin tous les deux

Laisse-moi t’emmener, dans des danses endiablées,
Où nos corps libérés sont à nouveaux liés.

Dyane

mercredi 16 février 2011

Petite fée


Je suis une petite fée,
qui illumine la vie des grands et des petits,
Je suis une petite fée,
Regardez moi sourire et soyez attendris

Un tantinet coquine,
Vous qui êtes si sérieux, je vous ferais rêver !
Un petit peu taquine,
Je serais malicieuse, juste pour vous étonner.

Dyane

dimanche 6 février 2011

Poème : Pour te voir sourire



Je t’ai découvert si désespéré
Plus rien ne comptait, ta vie s’écroulait,
Tu t’es accroupi près du ruisselet,
En serrant les poings, tu t’es effondré

Les larmes ont coulé, tes yeux mordorés,
S’emplissaient de larmes que tu contenais
Ta peine était grande et je me devais
De guérir ton cœur et d’y pénétrer,

Je suis une fée qui veut ton bonheur
Laisse-moi t’aider, à panser ton cœur,
Elle s’en est allée, te voilà prostré.

Jour après jour, ma magie opérait,
A ma grande joie, réapparaissait,
Ton envie de donner et d’espérer.


Dyane