mercredi 11 mai 2011

Douce maman


Dans le silence qui crie
Ma peur et ma détresse,
De te voir en faiblesse,
De te voir affaiblie,

Toute petite, si fragile,
Dans ce lit d’hôpital,
Dieu que ça fait du mal,
Je me sens inutile…

Revoir le sourire,
Sur ton visage aimé,
Doucement t’embrasser,
Te rendre le plaisir,

Gouter encore un peu
Avec toute ta famille,
Aux joies même futiles,
C’est mon plus cher vœu

T’enlacer tendrement
Toi ma douce maman
Te chérir ardemment
Jusqu’à la fin des temps

Dyane 25/04/11



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire